Cabane digue à Echoligia en Mayenne
La cabane digue sur le site d’Echologia en Mayenne (Photo : Vacancesinsolites.fr)

1. Il y a cabane… et cabane

Au rayon cabanes, on trouve désormais de tout. Flottante sur un étang ou perchée dans les arbres, intime ou familiale, roots ou luxueuse… à vous de (bien) choisir ! Niveau prestations, l’éventail est tout aussi large : cela va de l’ambiance camping pour les premiers prix (prévoir un sac de couchage) au confort digne d’un quatre étoiles : literie moelleuse, déco soignée, Wi-Fi, sanitaires complets et Jacuzzi sur la terrasse. Tarifs bien évidemment en rapport.

2. Pipi, popo… et le reste

Tous ceux qui, autrefois, ont vécu à la campagne ont connu les latrines au fond du jardin. Les voilà qui réapparaissent sous l’appellation toilettes sèches parées du label écolo. Dans le meilleur des cas, elle se situeront à l’extérieur de la cabane. Mais bien souvent elles se retrouvent à l’intérieur, séparées de la chambre par une porte aux planches disjointes voire un simple rideau. Ce qui suppose déjà un bon degré d’intimité entre les occupants. Question ablutions, l’aménagement se limite parfois au strict minimum à savoir un lavabo et une petite réserve d’eau. De quoi faire une toilette de chat et un brossage de dents mais guère plus. Pour la douche, il faudra donc se déplacer jusqu’au bloc sanitaire qui se trouve parfois à 200 ou 300 m. Pas très glamour, surtout si vous devez faire le trajet de nuit en hiver. Autant de barrières psychologiques qui poussent les propriétaires de cabanes à installer de vraies salles de bains et des WC équipés de chasse d’eau. Conséquence : l’addition a tendance à grimper elle aussi à la cime des arbres.

3. O Douce nuit…

Les citadins que nous sommes (79 % des Français habitent en ville) ont tendance à fantasmer sur la cabane qui a été érigée en mythe : celui du retour à l’enfance et de la communion avec la nature. Et la nature n’est pas forcément synonyme de tranquillité comme le bougonne Bernard Blier dans une scène épique de Buffet Froid (« Avec tous ces oiseaux à la con, tu trouves ça calme ? »). En prévention donc, ceux qui ont le sommeil léger penseront à s’équiper de bouchons d’oreille s’ils ne veulent pas entendre les cavalcades nocturnes des rongeurs, le grincement des arbres qui se balancent dans le vent et être réveillés à l’aube par le chant des oiseaux. Le masque de voyage peut aussi s’avérer utile car l’obscurité totale au lever du jour n’est pas garantie (le plus souvent les fenêtres ne sont obstruées que par des rideaux). Si vous avez loué une cabane flottante, accessible par barque uniquement, pensez au trajet retour en cas de sortie nocturne. Ramer par une belle journée d’été est un plaisir, la nuit ça peut devenir galère surtout si la pluie s’en mêle. Aussi pensez à glisser une lampe torche ou frontale dans votre sac avant de partir.

4. Choisissez bien votre partenaire

Vous avez décidé de faire une surprise à votre chéri(e) et de lui offrir une nuit dans les arbres (de plus en plus fréquent, surtout avec la multiplication des coffrets séjour). Excellente initiative, mais connaissez-vous suffisamment votre ami(e) et l’avez-vous déjà (un peu) préparé(e) à ce type de week-end exotique ? Dans les Vosges, une jeune femme qui espérait sans doute séjourner dans un Relais & Châteaux a débarqué en robe cintrée et talons hauts ce qui n’est pas l’idéal pour rejoindre un nid d’amour perché à douze mètres de hauteur. Attention donc aux personnes sujettes au vertige… ou au mal de mer (certaines cabanes suspendues peuvent osciller comme une cabine de bateau). Dépaysement assuré en revanche pour les enfants qui, sauf exception, se régaleront. Il suffit de respecter les consignes de sécurité et de choisir une cabane qui correspond à leur âge. Par ailleurs, les personnes à mobilité réduite ne sont pas privées de cabanes pour autant. De gros efforts ont été faits pour rendre accessibles par ponton des cabanes flottantes et par passerelle des cabanes perchées.

5. Le rapport qualité-prix

C’est là que ça se gâte ! Soyons clairs : en saison vous aurez du mal à dénicher une cabane à moins de 130 € la nuit (petit-déjeuner compris). Les propriétaires ont beau expliquer qu’ils vous vendent « une expérience » et non un simple séjour – ce qui est vrai – les prix affichés reflètent plus le plan d’amortissement et le retour sur investissement que la valeur des prestations fournies. Dans ces conditions mieux vaut casser sa tirelire et s’offrir une cabane grand luxe à 300 € plutôt qu’une cabane « romantique » à 190 € avec toilettes sèches et sanitaires dans le bâtiment d’à-côté. D’autant que pour ce même tarif, on trouve aisément en province des « chambres au château » bénéficiant d’un cadre somptueux et de tout le confort souhaité.